Retour de Thèse - HbA1c & Insuffisance Rénale


Insuffisance Rénal Chronique

2014-01-28 - Insuffisance Renale Chronique

Propositions d'Agnès qui a réalisé cette thèse

Définition de maladie rénale chronique

Diminution permanente du débit de filtration glomérulaire (DFG< 60 ml/min/1,73m2 pendant >3mois) = insuffisance rénale chronique ET/OU ´marqueurs d’atteinte rénale > 3 mois (marqueurs d'atteinte : protéinurie, microalb, hématurie, leucocyturie, anomalies morphologiques ou histologiques) = maladie rénale avec ou sans insuffisance rénale

Patients concernés par le dépistage

Diabète, Hypertension artérielle et maladies cardiovasculaires, insuffisance cardiaque, > 60 ans, IMC > 30, Antécédent familial de maladie rénale héréditaire, malformation urologique, lithiase rénale, hypertrophie prostatique, traitements néphrotoxiques, maladies de système, bas poids de naissance < 2.5 kg (dépistage à l'âge adulte ?), épisodes d'insuffisance rénale aiguë, exposition à des toxiques professionnels.

Formules

Éviter cockroft sauf peut être pour l'adaptation posologique (Vidal).
Si les labo peuvent fournir un dosage de créatininémie standardisé IDMS il faut avoir un DFG calculé selon CKD épi (Chronic Kidney Disease Epidemiology) qui est la formule recommandée actuellement, sinon utiliser le MDRD.
Ces deux formules sont complexes et il faut utiliser un calculateur (sur internet : [Favoris PSUGVLG / Outils de Calcul / ] http://www.soc-nephrologie.org/eservice/calcul/eDFG.htm
sur iphone : medcalc (gratuit) qui permet aussi le calcul du RAC

Quel bilan ?

Dépistage annuel pour tous les patients à risque : creat + DFG calculé + RAC sur échantillon (microalbuminurie/creat si RAC nég)
Peut être prescrit ainsi :
Rapport albuminurie/créatininurie sur échantillon d'urines, et si négatif rapport microalbuminurie / créatininurie. (ou alors d'emblée "rapport microalbuminurie / créatininurie", sachant qu'une "macro"albuminurie sera recherchée en premier).

Normes de la protéinurie

Il y en a beaucoup selon les unités utilisées pour les concentration en albumine et en créatinine (g/l, mmol/l...). Le mieux est de choisir une unité pour mémoriser les normes et de convertir les résultats s'ils sont donnés dans une autre unité. Le plus simple je trouve c'est de prendre la concentration en g/l pour la créatininurie et pour l'albuminurie (souvent en mg/l pour éviter les décimales) et de faire le rapport entre les 2 alb/creat : ......mg/l / ......g/l = ...........mg/g

Les normes de ce rapport sont
  • < 30 mg/g d'abuminurie 
  • entre 30 et 300 mg/g : microalbuminurie (= marqueur independant de risque cardiovasculaire pour tous, et marqueur d'atteinte rénale chez les diabétiques) 
  • > 300 mg/g : "macro"albuminurie
Attention : une albuminurie ou microalb positive doit être confirmée (il arrive souvent qu'elle soit passagère) : redoser !
Pour le signe "RAC" je ne sais pas si les labos le connaissent tous, perso j'écris tous les mots...

Prise en charge

  • Pour les patients connus comme insuffisants rénaux (DFG < 60 de façon durable) : contrôler le DFG régulièrement (tous les 6 mois si à 60 ml/min/1.73m2, tous les 4 mois si 40 ml/min/1.73m2, tous les 3 mois si 30 ml/min/1.73 m2 etc).
  • Si un insuffisant rénal a un DFG stable entre 30 et 60 sans marqueurs d'atteinte rénale, pas d'urgence à voir un nephro, il faut controler les FDR d'aggravation et surveiller. (surtout chez les patients agés)
  • Quel que soit le DFG, si protéinurie persistante il faut se bouger pour trouver la cause (bilan étio) et réduire la protéinurie (IEC/ARA 2), voir un nephro si la cause n'est pas trouvée, gros risque d'évolution vers une insuffisance rénale.

Intermède télédermatologie

Protocole Télé-dermato ‎

HbA1c

2014-01-28 - Présentation thèse HbA1c




Efficacité clinique des antidiabétiques chez les patients diabétiques de type 2

Message de Jean-Pierre Aubert sur les certitudes du traitement du diabète

Cher étudiant(e) du DMG

Vous avez appris à aimer les certitudes. Si vous êtes fragile psychologiquement, nous vous déconseillons formellement la lecture des deux articles ci-joint. Restez dans ce cas sur vos certitudes concernant le traitement du diabète, et n´allez pas plus loin.

Si vous pensez être à l´abri de tout risque suicidaire, si les fenêtre de votre appartement sont verrouillées et tous les couteaux mis sous clés, alors vous pouvez peut-être prendre le risque de lire ces deux articles extrêmement déstabilisants. Sachez que vous n´en reviendrez pas indemne.

Bon courage

PS: attention pour les ouvrir il faut cliquer dans le mail sur le lien vers l´article et non chercher la pièce jointe attachée au mail

L´équipe enseignante du DMG